Que faut-il savoir sur l'assurance loyers impayés ?

Que les locataires cessent de vous payer et que l'appartement soit détruit sont les deux grandes craintes des propriétaires lorsqu'ils louent leur logement. Malgré le fait que le loyer affiche une rentabilité annuelle moyenne de 10,5%, ces deux problèmes continuent d'éloigner de nombreuses personnes de l'investissement en logement locatif. La solution dans les deux cas passe par un non-paiement de l'assurance loyer.

Qu'est-ce que l'assurance loyers impayés ?

Il s'agit simplement d'une police qui vous protège contre le non-paiement éventuel de vos locataires, ainsi que contre d'autres risques liés à la location de logements. Désirez-vous savoir pourquoi vous devez y souscrire ? Si oui, visitez ici et vous en saurez davantage. Ainsi, l'assurance non-paiement de loyer comprend généralement tout ou une partie des garanties suivantes :

  • Le non-paiement du loyer mensuel, qui est l'objectif principal de cette assurance.
  • Réparation des dommages à la maison en cas de vandalisme. Il s'agit malheureusement d'un risque assez fréquent lors de la location d'un appartement, donc une assurance qui inclut cette couverture est un gage de tranquillité d'esprit.
  • Conseils juridiques : comme vous le savez, la réglementation des baux urbains est complexe, changeante et très sécurisante pour les locataires. Par conséquent, il est toujours intéressant que vous ayez la possibilité de consulter un avocat pour toute question qui pourrait survenir.

Comment souscrire à une assurance non-paiement de loyer : conditions de base

Aujourd'hui, souscrire à une assurance non-paiement est vraiment facile. Comme dans les autres polices, la demande peut être faite par Internet ou par téléphone, bien qu'il soit également possible de le faire en personne. Dans le cas particulier de ces polices, la procédure la plus caractéristique est l'étude de faisabilité sur la solvabilité du locataire.

Avec cela, l'entreprise essaiera de connaître la probabilité de défaut du preneur, pour estimer le risque le plus précisément possible. Pour ce faire, vous devez fournir une série de documents supplémentaires :

  • Pour les salariés, les deux dernières fiches de paie et, dans certains cas, une copie du contrat de travail et de vie active.
  • Pour les indépendants, le dernier compte de résultat, ainsi que les relevés trimestriels de versement fractionné de l'impôt des personnes physiques.
  • Pour les retraités, l'attestation de sécurité sociale correspondante prouvant leur état.